Communiqué: La FSESP demande au Danemark et à Chypre la taxe sur les transactions financières.

Publié le 27/06/2012 à 00H00
Aujourd'hui 27 juin 2012; la Fédération syndicale européenne des services publics interpelle le Danemark et Chypre (actuelle et furture présidence de l'Union Européenne) pour qu'elles coopèrent à la mise en place de la taxe sur les transactions financières. Mieux vaut une Taxe à quelques-uns que pas de taxe du tout !
Communiqué: La FSESP demande au Danemark et à Chypre la taxe sur les transactions financières.
Communiqué: La FSESP demande au Danemark et à Chypre la taxe sur les transactions financières.
Aujourd'hui 27 juin 2012; la Fédération syndicale européenne des services publics interpelle le Danemark et Chypre (actuelle et furture présidence de l'Union Européenne) pour qu'elles coopèrent à la mise en place de la taxe sur les transactions financières. Mieux vaut une Taxe à quelques-uns que pas de taxe du tout !

Communiqué de la FSESP

Mieux vaut une taxe sur les transactions financières à quelques-uns au sein de l'Union que pas de taxe du tout !

(Bruxelles, 27 Juin 2012)

Aujourd'hui, avant le Conseil européen des 28-29 Juin, la Fédération syndicale européenne des services publics (FSESP), a adressé une lettre aux ministres des Finances du Danemark et de Chypre leur demandant de soutenir une coopération renforcée pour l'instauration d'une taxe sur les transactions financières (FTT).
En dépit du fait que l'unanimité des 27 gouvernements de l'UE n'a pas été atteint lors de la réunion ECOFIN du 22 Juin dernier, l'Europe a encore une chance de mettre en œuvre une TTF et la présidence de l'UE a un rôle clé à jouer.

La FSESP a déjà exprimé son soutien à la proposition de la Commission qui devrait être aussi large que possible. Elle ne partage pas les préoccupations exprimées par certains gouvernements concernant le risque de fuite des capitaux et des dommages qui en résulteraient pour les marchés financiers.
Pour l'instant, le secteur financier n'a pas encore contribué au règlement de la facture de la crise qu'il a causé, laissant le soin à ceux qui ont le moins de supporter le poids de la crise.

La mise sous surveillance de l'Espagne et de Chypre laissant plus de 20% de la population utiliser l'euro sans avoir de souveraineté directe sur leur politique économique montre que l'Europe doit commencer à affronter les marchés financiers.
Carola Fischbach-Pyttel, la Secrétaire Générale de la FSESP, déclare: « Alors que nous entrons dans la 5e année de la crise financière avec sa série de coupes dans les emplois, les salaires et mettant en péril la viabilité des services publics, la TTF est un impôt progressif suceptible de freiner la spéculation financière et de répondre à une grande partie du besoin de recettes publiques et favorable à la croissance et à l'emploi en Europe.
 

'Nous sommes d'accord avec M. Algirdas Šemeta, commissaire européen chargé de la fiscalité, pour dire qu'agir en ce sens est  mieux que de ne rien faire du tout en permettant à un groupe d'Etats volontaires de créer un précédent en instituant à quelques-uns, une taxe sur les transactions financières ce qui permettra sans doute d'attirer plus d'adeptes à travers l'Europe et même d'autres continents' a t-elle ajouté.


La FSESP fait campagne sur le FTT depuis le début de la crise et continuera de le faire. Dans les mois à venir, elle va également lancer une campagne européenne de lutte contre la fraude et l'évasion fiscale dans le cadre des alternatives syndicales à l'austérité en Europe.

 


TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS