La FSESP pétitionne pour l'instauration d''une taxe européenne sur les transactions financières

Publié le 15/04/2011
La Fédération Syndicale Européenne des Services Publics appelle ses syndicats et leurs adhérents à répondre massivement à la consultation de la Commission Européenne sur la taxe européenne sur les transactions financières votée par le parlement. Un outil en ligne est disponible à cet effet. La fédération Interco-CFDT se joint à cet appel.
La FSESP pétitionne pour l'instauration d''une taxe européenne sur les transactions financières
La FSESP pétitionne pour l'instauration d''une taxe européenne sur les transactions financières
La Fédération Syndicale Européenne des Services Publics appelle ses syndicats et leurs adhérents à répondre massivement à la consultation de la Commission Européenne sur la taxe européenne sur les transactions financières votée par le parlement. Un outil en ligne est disponible à cet effet. La fédération Interco-CFDT se joint à cet appel.

Appel à signer la lettre-pétition pour une taxe européenne sur les transactions financières

 

La Fédération Syndicale Européenne des Services Publics a appelé le 6 avril 2011 ses syndicats affiliés et leurs adhérents à s’inscrire dans la démarche initiée par l’EFFR (Européens pour la réforme financière) en vue d’obtenir une taxe européenne sur les transactions financières.
 
L’EFFR est une coalition de syndicats (dont la FSESP à laquelle est affiliée notre organisation), de partis socio-démocrates européens et d’ONG qui ont élaboré un outil en ligne multilingue destiné à la fois à recueillir des signatures de pétitionnaires et à adresser à la Commission Européenne un courrier personnalisé au nom de chaque signataire pour participer à la consultation initiée par la Commission Européenne.
Cette initiative fait elle-même suite au vote, à une écrasante majorité, le 8 mars dernier, d’une résolution du parlement européen visant à la mise en œuvre d’une telle taxe au niveau européen.
La FSESP dénonce le poids des lobbies financiers qui ont la haute main sur les politiques de la Commission Européenne. « Aujourd'hui, les moins bien nantis paient plus d'impôts que les plus riches. Cette tendance régressive doit être inversée » dit-elle « Cette taxe est au cœur des exigences de la FSESP pour une fiscalité plus juste et plus progressive. Les travailleurs du service public continuent de payer les coûts de la crise, il est grand temps que le secteur financier paie sa part aussi. »
Carola Fischbach-Pyttel, Secrétaire générale de la FSESP, a déclaré: «Une Taxe financière  européenne fait partie des alternatives syndicales aux réductions coordonnée des dépenses publiques au niveau communautaire. Son objet sera de collecter des fonds, de l'ordre de 200 milliards d’euros par an, pour aider à payer les déficits publics et pour investir dans les services publics tout en mettant un frein à la spéculation. Ce sera une étape essentielle vers la généralisation d’une telle taxe dans le monde entier ».
Quelques heures après le vote du parlement, le Commissaire européen en charge de la fiscalité Šemeta Algirdas avait critiqué ce vote comme «irresponsable» et «prématuré » (lire la lettre de la FSESP du 10 Mars http://www.epsu.org/a/7451 ).

La lettre-pétition en ligne est disponible dans de nombreuses langues de l'UE et peut donc être utilisée par de nombreux citoyens européens, contrairement à la consultation de la Commission européenne qui n’est disponible qu’en anglais.  
 
Pour la Commission Européenne, la consultation, en raison de son caractère technique, est principalement orientée vers les parties prenantes qui ont un intérêt dans le secteur financier.
Une réponse massive à la consultation par les citoyens européens eux-mêmes aidera à rappeler à la Commission que nous avons tous un intérêt dans le secteur financier en particulier en raison du fait que des milliards d'euros payés par  les contribuables sont injectés dans ce secteur.

> pour signer la lettre-pétition en ligne http://www.financialtransactiontax.eu