Le gouvernement espagnol entend supprimer le droit syndical du secteur public !

Publié le 28/09/2012
Pour tenir ses objectifs de réduction des déficits publics, le gouvernement espagnol menace les organisations syndicales de fonctionnaires d'obliger leurs permanents à reprendre un poste de travail. 300 permanents sont concernés. Ce serait tuer les fédérations de fonctionnaires espagnoles et réduire leurs confédérations à la portion congrue. La fédération Interco soutien ses collègues des CCOO qui doivent négocier ce week-end avec le gouvernement, le couteau sous la gorge.
Le gouvernement espagnol entend supprimer le droit syndical du secteur public !
Le gouvernement espagnol entend supprimer le droit syndical du secteur public !
Pour tenir ses objectifs de réduction des déficits publics, le gouvernement espagnol menace les organisations syndicales de fonctionnaires d'obliger leurs permanents à reprendre un poste de travail. 300 permanents sont concernés. Ce serait tuer les fédérations de fonctionnaires espagnoles et réduire leurs confédérations à la portion congrue. La fédération Interco soutien ses collègues des CCOO qui doivent négocier ce week-end avec le gouvernement, le couteau sous la gorge.

 Lettre de soutien de la fédération Interco-CFDT aux CCOO espagnoles

Paris le 29/09/12

Chers amis, chers camarades,

Je souhaite, au nom de ma fédération et de nos adhérents, vous exprimer tout notre soutien et notre solidarité dans la période extrêmement difficile que vous vivez.

Les plans d’austérité qui sont mis en œuvre en ce moment par votre Gouvernement sont sans issue et totalement improductifs. Pire, ils vont plonger nombre de vos concitoyens dans la pauvreté et dans la souffrance.

Dans ces périodes de crises graves, l’implication de tous les acteurs est indispensable et le dialogue social incontournable.
Or, ce n’est pas la voie que le Gouvernement espagnol semble choisir. En effet, remettre en cause le droit syndical dans le secteur public et donc, mettre en péril l’existence de plusieurs centaines de permanents syndicaux, c’est affaiblir considérablement, voire, menacer l’existence même des syndicats qui sont pourtant des acteurs essentiels dans une société démocratique, jouant un rôle de premier plan dans la cohésion sociale.
 
En tant que syndicat français, ami de longue date des syndicats espagnols, nous condamnons cette politique qui met à mal la démocratie sociale corolaire indispensable de la démocratie politique.
Nous sommes à vos côtés dans ce combat et nous vous souhaitons beaucoup de courage pour défendre vos droits et préserver le syndicalisme espagnol.
Avec toute notre amitié

 

Marie-Odile Esch
Secrétaire Générale


TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS