Rencontre avec des syndicalistes palestiniens à l'initiative de la fédération Interco-CFDT

Publié le 06/03/2012 (mis à jour le 07/03/2012)
Suite à la mission exploratoire que la fédération a effectuée dans les territoires occupés de Cisjordanie en octobre 2010, une délégation de syndicalistes de la P.G.F.T.U (Palestinian General Federation Trade Union) services publics a été reçue en France du 20 au 26 février 2012.
Rencontre avec des syndicalistes palestiniens à l'initiative de la fédération Interco-CFDT
Rencontre avec des syndicalistes palestiniens à l'initiative de la fédération Interco-CFDT
Suite à la mission exploratoire que la fédération a effectuée dans les territoires occupés de Cisjordanie en octobre 2010, une délégation de syndicalistes de la P.G.F.T.U (Palestinian General Federation Trade Union) services publics a été reçue en France du 20 au 26 février 2012.

Rencontre avec des syndicalistes palestiniens

La fédération Interco-CFDT a reçu durant la semaine du 20 au 26 février 2012, une délégation de syndicalistes de la P.G.F.T.U (Palestinian General Federation Trade Union) services publics.

Une femme représentant le secteur hospitalier de Naplouse et 3 hommes des secteurs municipaux de Bethleem, de Jenine et de Hebron composaient la délégation.

Le choix avait été fait de réaliser un programme de manière quasi identique a celui mené avec la réception d’une délégation israélienne en 2011. En effet ces partenariats syndicaux bilatéraux, s’inscrivent pour nous dans un projet plus global de contribution à la construction de liens dans cette partie du monde en privilégiant l’entrée « métiers ».
 
Au menu de la première journée, rencontre avec la confédération le matin et la fédération l’après midi.
Pour la confédération, Marcel Grignard, secrétaire national responsable de la politique internationale, a affirmé l’attachement de la CFDT à soutenir la PGFTU mais aussi le peuple palestinien. La démarche de partenariat international entre fédérations professionnelles, sur la base de projets s’adressant concrètement aux salariés est une amorce à privilégier par les syndicalistes.
 
De son côté, Mahmoud, responsable de la délégation, après avoir souligné l’importance que son organisation attachait à cette visite en France et l’amitié qui lie les deux syndicats, a décrit avec détails la situation des travailleurs palestiniens dans les territoires occupés. Pour lui, sur un plan politique la situation est gelée faute à un gouvernement israélien qui ne souhaite pas aboutir dans les négociations. De ce fait, l’économie palestinienne reste très dépendante d’Israël et, compte tenue de taxes de plus en plus élevées, le coût de la vie est devenue quasi insupportable pour les palestiniens.
Les nombreux palestiniens qui se rendent en Israël pour travailler subissent des contrôles excessifs et ce sont près de 5 heures d’attente aux « check point » qu’ils subissent chaque matin et ce, par tous les temps.
La plupart de ces travailleurs présentent de gros problèmes de santé et les accidents du travail qui peuvent survenir dans les entreprises israéliennes ne sont pas traités dans les hôpitaux israéliens mais dans ceux des territoires occupés.
35 000 travailleurs palestiniens environ, avec permis de travail donc en situation régulière, travaillent dans les entreprises israéliennes et majoritairement dans le secteur du bâtiment et presque autant dans les colonies. Pour ces derniers, leur situation est irrégulière parce qu’il n’existe pas de possibilité légale à les recruter. De ce fait, leurs conditions sont d’autant plus difficiles et dégradées et les abus nombreux.
Pour ce qui est des relations entre la PGFTU et Histadrout, la centrale syndicale israélienne, Mahmoud leur fait le reproche de ne pas traiter syndicalement les nombreux abus constants que subissent les travailleurs palestiniens dans les entreprises israéliennes et ce, malgré l’accord conclu entre les deux organisations(1)
Côté palestinien il n’y a toujours pas de salaire minimum ni de sécurité sociale obligatoire. Il existe, cependant un espoir à terme avec la création il y a quelques semaines d’une instance de négociation entre syndicat et Autorité Palestinienne pour traiter de ces questions.
 Ont suivi de nombreux échanges avec les responsables fédéraux relativement au fonctionnement de nos deux organisations.
 
La délégation s'est ensuite rendue à Bourg en Bresse. Pour nos amis ce fut une découverte et un émerveillement de se déplacer dans un TGV à près de 300 km à l’heure.
Une importante délégation du syndicat Interco 01 nous attendait à la gare de Bourg en Bresse pour nous conduire sans tarder à la Mairie où l’adjoint au Maire (le Maire étant absent) se faisait une joie de recevoir une délégation palestinienne. Après les remerciements et les bienvenues d’usage, Mahmoud, au nom de la PGFTU, a fait un petit discours qui a marqué les esprits.
En voici quelques extraits :
« Nous voudrions tout d’abord vous exprimer notre immense joie d'être parmi vous, dans ce pays ami du Peuple Palestinien. Les Français ont toujours été à nos cotés pour réclamer la liberté, l’indépendance et mettre fin à l’occupation du territoire palestinien [./.] La situation en Palestine continue de se détériorer, à tout point de vue : politique, économique et social. Le gouvernement Israélien poursuit sa politique d’occupation, s’accapare les terres par la force, étouffe et emprisonne économiquement le Peuple Palestinien en établissant barrières et points de contrôle. Tout ceci ne fait que dégrader et handicaper le travail dans le territoire palestinien, sur le plan national et international. 
 
«Notre action syndicale palestinienne, tout comme l’ensemble de notre peuple, continuera son combat contre le mur et l’occupation. Nous aspirons à la paix, comme tous les peuples du monde, et demandons le droit de travailler dans un pays libre, dans une économie palestinienne libre. »

Pour l’après midi, nos militants et adhérents de la section pompiers se sont mis en quatre pour présenter et faire visiter l’ensemble des services et matériel du SDIS 01. 
Les moyens présentés ont particulièrement intéressés nos amis et leur ont, malheureusement, montré le chemin qui leur restait à parcourir pour atteindre ce niveau d’équipement. Ce que Mahmoud a exprimé en s’exclamant « si on avait 1% de ce que vous avez on serait heureux ».

La soirée de cette journée particulièrement dense s’est terminée par une réunion débat ouverte aux adhérents de l’interprofessionnelle avec l’aide de l’UD 01.
Pour l’occasion, l’association France Palestine dont plusieurs de nos adhérents locaux sont membres a confectionné quelques spécialités palestiniennes pour la plus grande joie de nos hôtes. Ce fut, à nouveau l’occasion pour nos amis palestiniens de témoigner, devant une assistance très attentive (environ 30 personnes) de ce que vit depuis près de 60 ans le peuple palestinien.
 
La PGFTU services publics est, comme la Fédération Interco, affiliée à l’ISP (Internationale des Services Publics) qui est le syndicat mondial des services publics et dont le siège social se trouve à Ferney Voltaire dans l’Ain. Ce fut ainsi l’occasion, alors que nous nous trouvions à 80 km des bureaux de l’ISP, de nous y rendre le jeudi matin afin de rencontrer le secrétaire général Peter Waldorf. L’entretien fut essentiellement consacré à l’aide que pouvait apporter la fédération mondiale à l’un de ses affiliés se trouvant en grande précarité.
 
De retour à Paris, la semaine de travail se termine par la visite d’une de nos sections syndicales de la région parisienne. Nos militants de Clichy la Garenne ont mis les « petits plats dans les grands » pour recevoir dignement nos amis palestiniens. La rencontre avec cette municipalité est d’autant plus intéressante qu’elle a conclu un accord de coopération décentralisée avec la ville de Beit Sahour qui se trouve dans les territoires palestiniens. Le jumelage entre municipalités pouvant ainsi offrir, selon nous, l’opportunité d’un jumelage conjoint entre syndicats, c’est là tout l’objet de ce travail engagé avec Interco 92.
Après une réunion avec les élus de la ville qui nous ont assuré de leur soutien si des projets pouvaient émerger avec les travailleurs de la ville de Beit Sahour, la bibliothèque municipale et le service d’information jeunesse furent présentés à nos invités.


La fin du séjour a été consacrée à un peu de tourisme dans Paris avec la Grande Mosquée et l’incontournable Tour Eiffel notamment ce qui a ravi nos hôtes tant Paris leur paraissait inaccessible il y a encore peu de temps…
Cette semaine a été particulièrement fructueuse à la fois pour renforcer notre connaissance mutuelle et dans la perspective de coopérations durables entre nos deux organisations. Il nous reste désormais à les construire.
 
Stélios TSIAKKAROS


(1) Il a été conclu, sous l’égide de la Confédération Syndicale Internationale, un accord entre la PGFTU et Histadrout selon lequel les cotisations prélevées sur les travailleurs palestiniens (l’adhésion est obligatoire pour eux) qui travaillent dans les entreprises israéliennes seraient rétrocédées pour partie à la PGFTU et le solde restant à Histadrout servirait à défendre syndicalement et sur un plan juridique les travailleurs palestiniens victimes d’abus de la part des employeurs.