Comité technique de l'administration centrale des affaires sociales du 6 novembre 2019

Publié le 13/11/2019

Réorganisations de la DSS, DAEI et DARES... et d’autres à venir…

Les OS étaient convoquées pour donner un avis sur ces trois réorganisations. Elles ont refusé d’examiner celles-ci faute d’information préalable aux agents, via les CLC ou assemblées générales du personnel.

Après l’acceptation immédiate et sans condition du DRH de la situation, plutôt que d’en rester là et d’attendre le prochain CTAC prévu le 19 novembre, un débat chaleureux s’est instauré pendant 1h30. Tout le monde ou presque tombant d’accord sur cette période si particulière où tout est bouleversé, mais où finalement rien ne bouge vraiment, et que nous n’avons rien à craindre.
D’ailleurs, l’administration nous promet sous peu un texte spécifique à nos ministères encadrant et sécurisant juridiquement les futures réorganisations. La CFDT jugera sur pièce…

A la CFDT, nous avons malgré tout beaucoup de mal à croire que cette « revue généralisée des textes » est cosmétique et sans effet, juste là pour éviter trop de « paperasse » à l’État.

La CFDT pense plutôt qu’il s’agit de permettre la mise en place à court terme d’organisations instables, mais souples et agiles comme ils le disent.   

La CFDT ne se laissera pas endormir par les causeries où planent le doux sentiment du consensus parfait, nous ne sommes pas dupes.

Non, nous n’avons pas les mêmes intérêts que l’administration !
Elle peut nous faire toutes les belles déclarations possibles, mais le jour où Matignon impose, elle applique !

Une question évidente doit alors se poser aux syndicats aujourd’hui. Devons-nous continuer à participer à ce grand cirque ? Il est peut-être temps de laisser l’administration obéir aux injonctions toute seule, et de retourner à notre mission essentielle, servir l’intérêt des agents, tenter de décrypter l’avenir, mais pas faire salon.

Le 19 novembre une dizaine de textes seront présentés, ce n’est pas sérieux ! le 3 décembre, on remet ça ! D’ici là on nous assure que le dialogue social aura fait son œuvre partout, ce n’est pas sérieux !

A la CFDT, nous pensons qu’il est grand temps de calmer le jeu et de desserrer ce calendrier infernal et de revenir à une qualité du dialogue social qui doit prendre le temps et surtout, en toute transparence.