Communiqué de presse - Participation aux élections de la fonction publique territoriale

Publié le 10/12/2018

Avant la publication des résultats, la fédération Interco CFDT s’interroge sur la participation des agents publics territoriaux aux élections professionnelles, en particulier sur la forte baisse du nombre d’inscrits* : baisse des effectifs et/ou empêchement de voter ?

La fédération Interco CFDT remercie toutes celles et ceux, militant·es, candidat·es, électrices et électeurs, qui ont contribué à ce que, demain, la voix de la CFDT soit plus forte pour développer un dialogue social approfondi, au service d’un travail de qualité pour les agents et de services publics locaux adaptés aux demandes de la population.

La fédération Interco CFDT regrette que trop d’agents aient renoncé à leur droit de vote, cédant ainsi à ceux qui discréditent les organisations syndicales. Le gouvernement et nombre d’employeurs locaux en portent une large part de responsabilité.

La fédération Interco CFDT s’interroge sur la forte baisse de 6,2% du nombre d’électeurs inscrits par rapport à 2014 dans la fonction publique territoriale, soit près de 117 000 électeurs ! Comment expliquer cela ? Sans doute est-ce dû pour partie aux suppressions de postes qui, sans redéfinition des missions ni réorganisation du travail, portent préjudice à la fois aux agents et au service public.

Sûrement ce chiffre traduit-il aussi l’impossibilité de voter pour des dizaines de milliers d’électrices et d’électeurs, faute de listes de candidat·es. Divers cas d’intimidations, d’entraves au droit syndical, de discriminations syndicales… nous ont été signalés ; leur nombre n’est pas en baisse. Ils sont inacceptables au 21e siècle, qui plus est dans le secteur public.

La fédération Interco CFDT entend renforcer son combat contre ces délits et appelle la Coordination des employeurs territoriaux à le mener avec elle.


*stats rapides DGAFP : Participation aux élections professionnelles pour les comités techniques dans la fonction publique en 2018.