Police municipale, courrier intersyndical à la ministre Jacqueline Gourault

Publié le 04/02/2021

La CFDT, la CGT, la FA-FPT et l'UNSA ont écrit le 1er février à Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités pour réitérer leur revendication "d’ouverture sans délai de négociations dans le cadre d’un agenda social qui aurait le mérite d’être en cohérence avec le Beauvau de la Sécurité qui vient de s’ouvrir".

Madame la Ministre,

Lors de la visioconférence avec M. Gabriel MORIN, conseiller Collectivités et Institutions locales de votre cabinet le vendredi 4 décembre 2020, il nous avait été assuré que l’ensemble des demandes formulées par les organisations syndicales serait porté à votre connaissance. Il nous avait été également indiqué que vos collaborateurs reviendraient vers les organisations présentes avec un agenda social.

Ce rendez-vous avait pour but de faire un point sur les revendications sociales relatées dans le courrier adressé au Ministère de l’Intérieur le 26 novembre dernier.

La trêve des confiseurs est maintenant derrière nous et chacun a repris ses activités.

Si nous entendons le fait que les services du ministère sont aujourd’hui particulièrement occupés dans la gestion de dossiers en lien avec la crise sanitaire. Il nous paraît en revanche étonnant qu’aucune date de rendez-vous n’ait été fixé à ce jour.

Les policiers municipaux et gardes champêtres attendent avec impatience des évolutions sociales et statutaires, évolutions qui ne seront a priori pas évoquées lors de l’examen de la proposition de loi « sécurité globale ».

La commission consultative des polices municipales est le lieu majeur de concertation institutionnelle des policiers municipaux et gardes champêtres. Or, alors même que son règlement intérieur prévoit au moins deux réunions annuelles, elle ne s’est pas réunie depuis le 9 juillet 2019 !

L’absence d'actes de votre part pourrait être perçue comme du dédain, par l’ensemble des policiers municipaux et gardes champêtres engagés quotidiennement dans leurs missions de service public.

C’est pourquoi, Madame la Ministre, nous réitérons avec force, notre revendication d’ouverture sans délai de négociations dans le cadre d’un agenda social qui aurait le mérite d’être en cohérence avec le Beauvau de la Sécurité qui vient de s’ouvrir.

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS