Communiqué: La fédération Interco-CFDT répond à la lettre de Nadine Morano aux directeurs de crèches

Publié le 07/04/2010 à 00H00
Par ce communiqué, la fédération Interco-CFDT répond à la lettre que Madame Nadine Morano a adressée aux directeurs d'établissements d'accueil de la petite enfance.Son courrier tend à minimiser les modifications des conditions d'accueil et d'encadrement des jeunes enfants dans les structures d'accueil collectif portées par le projet de décret contre lequel les professionnels et parents réunis au sein du collectif "pas de bébés à la consigne" manifesteront le jeudi 8 avril.

Communiqué: La fédération Interco-CFDT répond à la lettre de Nadine Morano aux directeurs de crèches
Communiqué: La fédération Interco-CFDT répond à la lettre de Nadine Morano aux directeurs de crèches
Par ce communiqué, la fédération Interco-CFDT répond à la lettre que Madame Nadine Morano a adressée aux directeurs d'établissements d'accueil de la petite enfance.Son courrier tend à minimiser les modifications des conditions d'accueil et d'encadrement des jeunes enfants dans les structures d'accueil collectif portées par le projet de décret contre lequel les professionnels et parents réunis au sein du collectif "pas de bébés à la consigne" manifesteront le jeudi 8 avril.

 

Communiqué de la fédération Interco-CFDT
Réponses à Nadine Morano

 

Paris le 7 avril 2010

Alors que la mobilisation des professionnels de la petite enfance est exceptionnelle pour dénoncer la dégradation qu'engendrerait la parution du décret modifiant les normes applicables aux établissements d'accueil des jeunes enfants, la Secrétaire d'État chargée de la Famille et de la Solidarité a cru devoir s'adresser aux directeurs des crèches !

Dans ce courrier, elle y énonce des contre-vérités flagrantes:

-'Ce projet de décret a été discuté avec l'ensemble des syndicats et fédérations professionnelles'

FAUX, ce projet a été présenté à l'ensemble des syndicats et fédérations professionnelles qui en ont tous unanimement dénoncé le contenu.

Si le projet a été validé par le CA de la CNAF, ce fut essentiellement avec l'avis favorable des organisations patronales et pour sa part, la CFDT ne l'a pas approuvé.

-'Le taux d'encadrement actuel n'est pas modifié. Il est maintenu à 1 adulte pour 5 bébés et un adulte à 8 enfants qui marchent'

FAUX, en actant le principe d'accueil en surnombre (jusqu'à 20% pour les établissements de plus de 40 places), c'est créer les conditions d'un accueil d'enfants supplémentaires avec le même nombre d'adultes. De fait, la dérogation au nombre d'enfants accueillis devient une dérogation au taux d'encadrement.

-'Le projet de décret offre la possibilité ...de recruter des titulaires du CAP Petite enfance ...pour tenir compte de la valorisation des acquis de l'expérience et des difficultés locales des crèches à recruter du personnel.'

En partie FAUX, Les crèches ont déjà la possibilité de recruter des titulaires des CAP Petite enfance ou du BEP Sanitaire et social, dans la limite de 50% de l'effectif. Ce que souhaite Nadine MORANO, c'est porter ce taux à 60%. Permettre aux personnes qui le souhaitent d'accéder à des formations qualifiantes et ainsi de s'inscrire dans une réelle volonté de promotion professionnelle des femmes serait une réelle valorisation des acquis professionnels.

Malheureusement, les faits sont en contradiction avec les actes et malgré l'annonce du plan des métiers de la petite enfance, les formations destinées à ces professions ont été réduites: le plan avance le chiffre de 15000 formations en 5 ans et doit être comparé aux 5400 dispensées durant la seule année 2006.

-'Le Gouvernement a fait un effort exceptionnel, inédit en période de crise et sans précédent de 1,3 milliard d'euros afin de créer 200 000 offres d'accueil de la petite enfance'.

FAUX, à y regarder de plus près, lorsqu'il s'agit d'accueil collectif, le gouvernement ne s'avance que sur la promesse de 100 000 places. La réalité est tout autre: la CNAF a inscrit au contrat d'objectif et de gestion 2009-2012 la perspective de création de 30 000 places d'accueil collectif en provisionnant 330 millions d'euros à cet effet. L'augmentation du taux d'occupation des crèches devenant ainsi le passage obligé pour 'compléter' le nombre de places disponibles.

La fédération INTERCO également souhaite qu'il soit possible de répondre à la nécessaire augmentation du nombre de places d'accueil de la petite enfance ainsi qu'aux difficultés de recrutement rencontrées dans certaines zones géographiques. Mais ce n'est certainement pas en affirmant des contre-vérités que ces objectifs pourront être atteints.

 

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS