Communiqué Mise en place de la conférence de consensus sur la prévention de la récidive

Publié le 20/09/2012 à 00H00
A l'occasion de la mise en place de la conférence de consensus de prévention de la récidive le mardi 18 septembre, la CFDT-Interco (branche justice) se satisfait de la volonté de Mme Taubira de replacer la prévention de la récidive au centre de la mission pénale. Elle rappelle toutefois que toute réforme doit associer les personnels concernés sans lesquels rien d'efficace ne pourra se construire.

Communiqué Mise en place de la conférence de consensus sur la prévention de la récidive
Communiqué Mise en place de la conférence de consensus sur la prévention de la récidive
A l'occasion de la mise en place de la conférence de consensus de prévention de la récidive le mardi 18 septembre, la CFDT-Interco (branche justice) se satisfait de la volonté de Mme Taubira de replacer la prévention de la récidive au centre de la mission pénale. Elle rappelle toutefois que toute réforme doit associer les personnels concernés sans lesquels rien d'efficace ne pourra se construire.

 Communiqué de presse

Paris le 20/09/2012

 

La Fédération nationale CFDT Interco a participé le mardi 18 septembre 2012 à la conférence de consensus de prévention de la récidive.

La CFDT Interco prend acte de la décision de Christiane TAUBIRA de vouloir mettre fin à l'inflation carcérale en prenant une direction différente de son prédécesseur, privilégiant ainsi les mesures alternatives à l'incarcération plutôt que la politique du tout carcéral dont les effets ne sont autres que le besoin de construction sans cesse croissant de nouvelles prisons, pour encore plus de récidives constatées.

Pour cela, la CFDT Interco espère qu'un véritable consensus, issu de la parole de tous les acteurs concernés par la récidive, qu'ils soient  du monde scientifique, associatif, universitaire, médical, judiciaire, pénitentiaire ou éducatif, puisse être trouvé au sein de débats riches et productifs.

Néanmoins, la CFDT Interco rappelle que toute Loi ou texte réglementaire ne peut être efficacement appliqué sans le recours, à court et long terme, aux professionnels directement concernés à savoir, majoritairement, les personnels pénitentiaires dans toutes leurs composantes.

Quelles que soient les conclusions du comité d'organisation, seules la nature et l'importance des moyens dégagés pour une réelle prise en charge et un suivi efficace des personnes placées sous main de justice seront les garants d'un travail fructueux.

L'être humain n'a de limite que dans ce qu'il peut accomplir. Renforcer les effectifs des personnels des services d'insertion et de probation (CPIP, surveillants, administratifs, DPIP) est une décision incontournable pour que ce projet puisse être mené à bien.

Le comité d'organisation devra évoquer les personnels de surveillance qui, chaque jour, œuvrent au sein des établissements pénitentiaires et effectuent couramment un travail d'approche et de lien social qui doit être reconnu par tous.

La CFDT Interco apportera avec cet objectif, non unique mais prioritaire, sa contribution aux membres du comité d'organisation et ses deux secrétaires généraux.