Séance plénière du CSFPT du 8 octobre 2014 – Communiqué CFDT

Publié le 10/10/2014 à 10H02
La qualité plutôt que la quantité : tel a été le fil conducteur des positions et propositions de la CFDT lors de cet avant dernier CSFPT avant son renouvellement début 2015.

Ce n’est pas parce que la CFDT a voté favorablement pour les trois textes présentés qu’elle n’avait rien à dire pour les améliorer !
La CFDT a voté pour le premier texte qui permet d’une part de renforcer les services de prévention dans les collectivités par le recrutement de médecins collaborateurs et d’autre part, de préciser le fonctionnement des comités d’hygiène de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) dans les collectivités locales. Nous demandons notamment la possibilité pour l’agent de prévention d’intervenir si aucune réunion du CHSCT n’est organisée depuis plus de 6 mois.
Pourquoi la CFDT, très attachée à la parité, a voté pour le deuxième texte qui autorise des dérogations sur une représentation minimale de 40% de chacun des sexes pour les jurys de concours ou d’examens ? 

Parce que c’est d’abord le principe de mixité qu’elle défend et que ce texte encadre très précisément les dérogations à 30% minimum au lieu de 40% pour 8 cadres d’emploi très féminisés comme les ATSEM ou puéricultrices ou très majoritairement masculins comme les pompiers.
 
La CFDT a voté favorablement pour le troisième texte mais a contribué par ses amendements à l’améliorer dans l’intérêt des personnels chargés de la prévention dans les collectivités (assistants et conseillers de prévention, agents chargés des fonctions d’inspection). Ce texte porte sur leur formation, conçue par des organismes de référence dans le domaine et validée par le conseil national d’orientation du CNFPT.
 
La CFDT a proposé un premier amendement, accepté par le gouvernement, pour renforcer l’aller-retour entre théorie et pratique, en prévoyant qu’à la fin du module de formation, chaque participant prépare un plan d’action adapté à son contexte de travail. Le deuxième amendement, également accepté par le gouvernement, vise à faire en sorte que les compétences acquises par les agents dans ces fonctions de prévention puissent être valorisées dans leur parcours professionnel.