Fermeture programmée de 45 établissements pénitentiaires d'ici à 2017

Publié le 29/07/2010
Par courrier daté du 26 juillet, le Directeur de l'administration pénitentiaire annonce la fermeture de 45 établissements pénitentiaires, pour l'essentiel entre 2015 et 2017 (dont les 22 déjà prévus au printemps) sur les 86 précédemment envisagés..
Fermeture programmée de 45 établissements pénitentiaires d'ici à 2017
Fermeture programmée de 45 établissements pénitentiaires d'ici à 2017
Par courrier daté du 26 juillet, le Directeur de l'administration pénitentiaire annonce la fermeture de 45 établissements pénitentiaires, pour l'essentiel entre 2015 et 2017 (dont les 22 déjà prévus au printemps) sur les 86 précédemment envisagés..

Fermeture annoncée de 45 établissements pénitentiaires

Par courrier aux organisations syndicales daté du 26 juillet 2010, M. LATHOUD, Directeur de la DAP annonce ou confirme qu’au final ce seront 45 établissements pénitentiaires qui seront fermés, pour l’essentiel entre 2015 et 2017 (dont les 22 déjà prévus au printemps) sur les 86 précédemment envisagés.
Fermetures décidées par la garde des Sceaux « après un examen approfondi de la situation », examen d’autant plus approfondi qu’il demeure totalement opaque :
A partir de quels constats et établis par qui ? Après quelle concertation, quel dialogue, et avec qui ? Quels buts recherchés par ces suppressions ? Quels critères de choix privilégiés ? Quels effets forcément « bénéfiques » attendus ? Quels examens des conséquences probables ou possibles sur les territoires, les personnels, les populations, les services de proximité ?
 
En fin de compte, en dehors d’une recherche effrénée et brouillonne de la diminution à très court terme de la dépense publique et d’un énième effet d’annonce de la volonté gouvernementale propre à rassurer les agences de notation financière, on ne voit pas en quoi ces suppressions pourraient en quoi que ce soit améliorer la prise en charge carcérale, la réinsertion, la mise en œuvre des règles pénitentiaires européennes et le fonctionnement général de la Justice !
 
On ne voit pas en quoi elles pourraient aussi améliorer la situation des personnels et des directions des EP, des détenus et de leurs familles.
Il est même hélas à craindre, hypothèse très probable que dans les établissements concernés, tout comme dans les tribunaux en sursis suite à la nouvelle carte judiciaire imposée à la « hussarde »cela se  traduise  par une dégradation notables des conditions de travail des personnels en poste : A quoi bon rénover, entretenir, améliorer les établissements, à quoi bon même recruter puisque leur fermeture est programmée !
 
Dans certains départements, ces suppressions d’EP confirme  l’effacement progressif des services publics: écoles, bureaux de postes, gares, hôpitaux, gendarmeries, tribunaux et maintenant EP. ….
D’autres réflexions sont pourtant à mener, d’autres décisions à prendre, d’autres orientations à choisir….Ainsi, quelle suite la garde des Sceaux compte t’elle donner aux vives critiques de la Cour des Comptes sur la gestion public-privé (voir les échos du 20 juillet) ?
 
Enfin, à l’heure ou le gouvernement incite très fortement les collectivités territoriales à faire preuve de vertu  (voir la dénonciation des dérives budgétaires des collectivités locales par Georges TRON, secrétaire d’Etat à la Fonction publique) il est nécessaire mais aussi désolant de relever que la « survie » des MC de Clairvaux et Poissy et de la MA de Bar le Duc est tout benoîtement subordonné à la participation de ces collectivités locales à un plan de rénovation : Soit elles mettent la main au porte-monnaie soit ces EP sont supprimés !
Bien entendu, on nous annonce un accompagnement social soutenu et la mise en place d’un groupe de projet « afin de prendre en considération tous les aspects induits par ces évolutions… »…..
 
José PORCEDDU
Secrétaire national