Remise du rapport 2009 du Médiateur de la République. De saines observations !

Publié le 23/02/2010
Pour la dernière année de son mandat, Jean-Paul Delevoye en remettant ce 23 février son rapport annuel au Président de la République, se fend d'un éditorial lourd du sens perdu(?) du service public qui laisse face à face, désemparés et en conflit de légitimité l'usager et l'agent public.

Remise du rapport 2009 du Médiateur de la République. De saines observations !
Remise du rapport 2009 du Médiateur de la République. De saines observations !
Pour la dernière année de son mandat, Jean-Paul Delevoye en remettant ce 23 février son rapport annuel au Président de la République, se fend d'un éditorial lourd du sens perdu(?) du service public qui laisse face à face, désemparés et en conflit de légitimité l'usager et l'agent public.

Partager

En remettant son rapport 2009 (88 pages) au Président de la République ce mardi 23 février, le Médiateur de la République, Jean-Paul Delevoye pointe un certain nombre de dysfonctionnements sévères des relations entre l'Etat, son administration et les citoyens.
Ces relations semblent marquées par ce qui peut paraître comme une perte de sens réciproque. Perte de sens de l'administration sommée de répondre à une commande politique impérieuse; complexité croissante des lois elles-mêmes plus nombreuses; service des indicateurs de performance qui se substitue au service du public; souhait d'un service personnalisé qui s'oppose aux éxigences d'une rationalité automatisée le tout dans un contexte de changements rapides insécurisants pour l'usager, le citoyen, le fonctionnaire pour ne rien dire de la crise économique qui renforce les craintes et crispe les rapports sociaux.
Editorial riche d'observations que nous partageons et nous ne pouvons qu'être d'accord avec lui lorsqu'il énonce que si 'Réorganiser les services de l'Etat est sans doute nécessaire, il faut se garder de la précipitation, se donner le temps de la maturation ./. la dimension humaine du changement est par ailleurs trop souvent ignorée dans le management, tant dans l'entreprise que des services étatiques. Combler cette lacune c'est réduire la souffrance.'

A lire

Olivier Mourot