La CFDT dénonce les lignes directrices de gestion mobilité 2020 des conseillers pénitentiaires d'insertion et de probation

Publié le 20/12/2019

Reçue le mercredi 18 décembre par le directeur de cabinet de la ministre de la Justice, la CFDT Interco a profité de la présentation de la réforme des retraites pour confirmer son opposition aux lignes directrices de gestion mobilité 2020 et plus particulièrement celles concernant les conseillers pénitentiaires d'insertion et de probation.

Reçue  mercredi  18  décembre  à  14h00 par le directeur de cabinet  de  la Ministre  de  la  Justice,  la  CFDT  Interco  a  profité  de  la  présentation  de  la réforme des retraites pour confirmer son opposition aux LDG mobilité 2020 et plus particulièrement celles concernant les CPIP.
En   effet,   au   sein   même   de   l’administration   pénitentiaire,  seuls les personnels  de  surveillance  sont  inscrits dans l’annexe  du  décret  Fonction Publique,  annexe  listant  les  corps  de  métiers  soumis  à  la  mobilité  par  le système d’un tableau de cotations.
Malgré notre opposition au décret Fonction Publique tant celui-ci met à mal le dialogue social que nous défendons, le gouvernement et le ministère de la  Justice  restent  encrés  dans  une  posture  politicienne  et  idéologique destructrice pour les personnels.
Si la CFDT ne conteste pas le regard attentionné que peuvent avoir les DSPIP sur leurs collaborateurs, elle dénonce la systématisation des profilages de tous les postes de CPIP.
Pour la CFDT, tous les CPIP ont reçu la même formation initiale à l’ENAP et sont aptes à occuper n’importe quel poste en MO ou MF. Placer les agents en   concurrence   entre   eux   augmentera   le   sentiment   d’arbitraire,   de discrimination  (agents  à  temps  partiel,  agents  RQTH,  
ceux  qui  ont des problèmes   récurrents   de   santé,   des   projets   d’avenir   familiaux,   les représentants  syndicaux  (ex.  d’un   militant  syndical  pour  un  poste  de référent territoriale auprès de l’agence TIG) et de RPS.

La CFDT réclame :
Une mobilité sans profilage et organisée par tableau de cotations (mobilité par points).
Des organigrammes de référence en conformité avec les engagements de la DAP en CTSPIP afin de faciliter la mobilité.

Paris, le 20 janvier 2019

Jean-Philippe Guilloteau
Secrétaire Fédéral